Le meilleur Bo Bun de Paris ? Il est chez Pho Tai !

Cette semaine je vous embarque au Vietnam, je vais vous parler de ma dernière adresse coup de coeur, Pho Tai. Il s’agit d’un petit restaurant vietnamien familial situé au cœur du 13e arrondissement de Paris.

Etant adepte de la gastronomie vietnamienne, j’avais envie de découvrir les bonnes adresses de ce quartier depuis un moment. C’est donc grâce à une amie qui connaît très bien le quartier que j’ai découvert cette adresse. Sur le papier, Pho Tai était réputé pour ses Bo Bun et ses rouleaux de printemps. C’est très chaleureusement que nous avons été accueilli par la patronne Aline, chinoise originaire du Cambodge et par son mari Te Ve Pin originaire de Danang au Vietnam et qui est aussi le chef cuisinier. Chez Pho Tai on vous sert des spécialités typiquement vietnamiennes comme des Pho au boeuf comme à Saigon, des nems croquants, des rouleaux de printemps, des Bo Bun, du poulet croustillant et autres plats épicés.

Rouleau de printemps au porc

Rouleau de printemps au porc

Et c’est sans hésitation que nous avons commandé des rouleaux de printemps garnis à la viande de porc (vous avez le choix entre porc, boeuf et crevettes) et un Bo Bun au boeuf pour ma part. J’ai adoré le rouleau de printemps, d’autant plus que j’en suis pas une grande fan habituellement, les trouvant généralement insipides. Mais ici la marinade de la viande de porc donne au rouleau de printemps un goût incroyable. En plus, celui-ci est servi avec la véritable sauce destinée aux rouleaux de printemps, à base de cacahuètes et non la sauce nuoc mam comme c’est généralement le cas dans beaucoup de restaurants asiatiques. Maintenant revenons au Bo Bun, que vous dire à part que c’est tout simplement le meilleur que j’ai mangé à Paris jusqu’à présent. Jusque là, mes préférés étaient ceux de Paris-Hanoi et du Petit Cambodge que je trouve excellents, mais c’était avant d’avoir goûté celui de Pho Tai. Le Bo Bun avec sa viande de boeuf marinée et très fondante, ainsi que les nems croustillants qui le composent lui donnent une saveur particulière. Pour ceux qui ont tendance à avoir les yeux plus gros que le ventre, attention quand vous commandez, les portions servis sont très généreuses. Le rouleau de printemps à lui tout seul peut faire office de plat ou se partager à plusieurs.

Bo bun au boeuf

Bo bun au boeuf

Bo bun au porc

Bo bun au porc

Bref, vous l’aurez compris, Pho Tai est une excellente table. Si vous avez envie d’un très bon Bo Bun alors c’est l’adresse qu’il vous faut ! De plus l’accueil est vraiment au top, on vous reçoit comme à la maison et avec le sourire. Par ailleurs, Pho Tai vient d’être référencé dans le guide Bib gourmand du Guide Michelin, une sélection d’établissements non-étoilés et à petit prix du Guide Michelin. Petit conseil, pensez à réserver si vous vous y rendez, c’est une adresse très prisée par les initiés.

Infos pratiques 

Pho Tai

13 rue Philibert Lucot – 75013 Paris

Du mardi au dimanche : 12h-14h30 et 19h-22h15

Tel : 01 45 85 97 36

Share on FacebookTweet about this on Twitter

The Color Line : le Quai Branly met en lumière une partie sombre de l’histoire des Etats-Unis

Pour la première fois en France, une exposition retrace l’histoire de la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Avec The Color Line, le musée du Quai-Branly – Jacques Chirac met en lumière des artistes afro-américains qui au travers leurs oeuvres ont exprimé leur lutte pour l’égalité.

The Color Line désigne la ligne de démarcation symbolique qui a séparé les Etats-Unis en deux couleurs et en deux peuples dès la fin de la guerre Sécession. Sous-titrée, Les artistes africains-américains et la ségrégation raciale, cette exposition retrace la lutte contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis à travers l’expression artistique des noirs américains. J’en profite d’ailleurs pour faire un petit rappel historique ici. La ségrégation débute en 1877 (selon les historiens américains) avec les lois dites “Jim Crow” qui sont mises en place à la fin des 12 années de la période de la Reconstruction (période qui suit l’abolition de l’esclavage en 1865). Il se passera près d’un siècle avant que les lois racistes ne soient abolies en 1964 par le président Lyndon B. Johnson qui promulgue alors le Civil Rights.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’exposition The Color Line, qui sera présentée jusqu’au 15 janvier 2017 est riche en oeuvres et de documents originaux mis en scènes de manière didactique. Tout au long d’un parcours chronologique, vous pourrez découvrir des artistes engagés soit individuellement ou au sein de mouvements artistiques comme le Harlem Renaissance dans les années 1920-1930 sous l’influence du jazz et sous la houlette de Aaron Douglas (le père de l’art noir américain).Puis à travers le mouvement du Civil Rights des années 1945-1960 avec les leaders noirs américains Martin Luther King et Malcolm X, ainsi que des groupes activistes comme les Black Panthers.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cette rétrospective de 150 ans de lutte afro-américaine contre la ségrégation est aussi présentée à travers l’oeil de Wiliam Edward Burghardt Du Bois, historien, sociologue et militant de la première heure, président du Niagara movement, puis fondateur de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), dont les couvertures de son magazine officiel “The Crisis”  font l’objet de tout un mur pendant l’exposition. W.E.B du Bois a été l’un des principaux activistes contre la “ligne de partage des couleurs” (The Color Line). Pour moi le moment fort de l’exposition a été le passage sur les lynchages dont ont été victimes les noirs américains dans les états du sud avec en fond sonore, la célèbre chanson de Billie Holiday “Strange fruits” qui a son époque dénonçait ces atrocités.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Si vous avez un peu de temps libre pendant vos vacances de noel, je vous conseille vraiment faire cette exposition très instructive. Le musée du Quai Branly nous livre ici une exposition inédite qui nous donne l’occasion de découvrir de nombreux artistes (peintres, écrivains, chanteurs…) de cette période sombre américaine encore trop peu connue en France.

 

Infos pratiques

The Color Line – Les artistes africains-américains et la ségrégation

Du 04 octobre 2016 au 15 janvier 2017

Musée du Quai Branly Jacques Chirac

37 Quai Branly – 75007 Paris

Tarifs : 10€ (plein tarif) – 7€ (tarif réduit)

Horaires :

mardi, mercredi et dimanche – 11h00-19h00

jeudi, vendredi et samedi – 11h00-21h00

 

 

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Louie Louie, l’autre spot à pizzas du 11e

Comme le burger il y a quelques mois, voire années, c’est au tour de la pizza d’avoir le vent en poupe. On a pu le constater avec le Groupe Big Mamma qui a étendu son empire sur Paris en ouvrant depuis près 2 ans East Mamma, Ober Mamma, Mamma Primi et plus récemment Biglove Caffè. Des adresses très prisées où il est souvent très difficile d’avoir une table, à moins d’y faire la queue dès 18h30. Avec Louie Louie, je vous propose donc une alternative pour manger une très bonne pizza sans attendre des heures.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ouvert depuis près de 2 ans, Louie Louie est sans doute l’une des meilleures adresses pour manger une pizza à Paris. Le concept de ce restaurant à pizza tendance est simple, des pizzas à base d’ingrédients italiens de qualité et frais : de la Fior di Latte (mozzarella) dont on sent le goût et de la sauce tomate San Marzano, de la mortadelle de Bologne… La pâte est croustillante et les recettes sont originales. Comme à chaque fois que je vais dans une pizzeria, je ne peux pas m’empêcher de prendre une Diavola. Et je peux vous dire qu’ici elle est excellente, garnie avec de la sauce tomate san marzano, de la Fior di latte, Spianata piquante (saucisse), Ricotta et basilic. Et si vous recherchez l’originalité, vous pourrez toujours essayer la Muartadelle avec sa Fior di Latte, sa Mozarella Di Buffala fumée, ses oignons nouveaux, sa frisée, ses olives de Kalamata (ville du sud du Peloponnèse en Grèce) et sa Mortadelle de Bologne. Les pizzas sont préparées dans la plus pure tradition napolitaine.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et en attendant de déguster votre pizza, vous pouvez également patienter avec un très bon cocktail au bar. En effet, Louie Louie est aussi réputé pour ses très bons cocktails, quoi de plus normal quand on sait que c’est l’équipe du Da Vito/Moonshiner, à la tête de plusieurs bars branchés de Pigalle et d’Oberkampf qui est à l’initiative de ce lieu. Quant au service, il est très efficace et agréable malgré le monde. Pour terminer votre repas avec une petite douceur, testez les profiteroles faits maison, un vrai délice !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Petit conseil avant de vous y rendre, pensez tout de même à réserver. Autrement vous pouvez également vous faire livrer avec Deliveroo pour ceux qui ont décidé d’hiberner avec ces températures hivernales.

 

Infos pratiques 

Louie Louie 

78 rue de Charonne, 75011 Paris

Du lundi au dimanche : de 12h à 14h30 et de 19h à 23h30

 

Share on FacebookTweet about this on Twitter

AKAA, la foire d’art contemporain africain au Carreau du Temple ce week-end !

AKAA (Also Known As Africa), la foire annuelle dédiée à l’art contemporain et au design africain aura lieu pour la première fois au Carreau du Temple ce week-end, du 11 au 13 novembre. 30 galeristes et 123 artistes y sont attendus.

AKAA invite les galeristes, les artistes, les collectionneurs, les critiques et amateurs d’art à contribuer au développement d’une scène artistique aux regards croisés : un regard sur l’Afrique, mais aussi un regard de l’Afrique sur le monde. Chacun apportant sa vision.

img_9937

Crédit photo : Siaka Soppo Traoré

L’idée de cette foire vient de Victoria Mann, une américaine tombée amoureuse de l’art africain traditionnel pendant ses études d’art au Connecticut College. L’objectif de cette manifestation est de faire découvrir au public et aux professionnels la richesse de l’art contemporain et du design africain au travers des conférences, des tables rondes, de films et de performances.

Also Known As Africa est un manifeste en faveur des talents africains pour qui les préjugés ont longtemps été une barrière à leur reconnaissance. Ce sera là l’occasion de découvrir des artistes du continent africain, des artistes afro-américains, et des artistes africains vivant en Europe. Parmi les artistes, on peut citer entre autres le Ghanéen El Anatsui, la Marocaine Safaa Erruas, l’Ethiopien Girma Berta, lauréat du prix Instagram Getty.

img_9938

Crédit photo : James Barnor

 

Alors si vous restez à Paris pour ce long week-end du 11 novembre, je vous invite à venir découvrir ce qui fait la richesse et la diversité de l’art contemporain et du design d’Afrique.

 

Infos pratiques 

AKAA (Also Known As Africa)

Du vendredi 11 au dimanche 13 novembre 2016

Horaires : Vendredi  et samedi de 11h-20h et dimanche de 11h à 18h

Tarifs : 8€ à 16€, gratuit pour les moins de 12 ans

Carreau du Temple

4 rue Eugène Spuller – 75003 Paris

 

 

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Floyd’s bar & grill, l’art du BBQ américain

L’été est déjà très loin et les joies du barbecue qui vont avec aussi. Si vous êtes un adepte du barbecue alors ce nouveau post est fait pour vous. Cette semaine je vous embarque en Amérique, au Floyd’s bar & grill.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Lancé il y a plus de deux ans, le Floyd’s bar & grill est un lieu qui ne paye pas de mine de l’extérieur. Il vous faut être curieux et pousser la porte pour découvrir ce lieu plein de surprise. Vous allez d’abord traverser le bar au style un peu art déco et qui nous ferait penser à un “speak easy” cosy. Les amoureux du whisky apprécieront et les cocktails servis sont réputés pour leur originalité. Une fois que vous aurez dégusté quelques cocktails, vous pouvez passer dans la partie restaurant dont la salle fait penser à une hacienda, ouverte sur une cour intérieure et sur la cuisine.

Gambas sauce cajun avec haricots rouges

Gambas sauce cajun avec haricots rouges

Qu’est ce qu’on y mange ? Au Floyd’s, on vous sert de la cuisine au barbecue dans la pure tradition américaine. C’est le chef américain du restaurant, Jamie Young qui a élaboré toute la carte. Tous les plats sont inspirés de recettes américaines et tout le monde y trouve son compte. Vous aurez à la fois l’occasion de déguster de la bonne viande rouge, de la volaille ou encore du poisson, le tout cuit au barbecue bien évidemment. Pour ma part, j’avais décidé de faire le grand chelem, à savoir entrée, plat et dessert. Et je ne vous cache pas que c’était plutôt audacieux au vue des portions. J’ai donc opté pour la gambas royale façon cajun accompagnée d’haricots rouges. J’ai été très agréablement surprise de l’association gambas et haricots rouges. Puis j’ai enchaîné avec les authentiques BBQ ribs marinés aux épices (des travers de porc fumé avec de la sauce barbecue), le tout accompagné de mac & cheese (macaronis au fromage) et de coleslaw. Une vraie tuerie !! Et pour terminer, je me suis tout de même risquée à tenter leur super brownie au chocolat, accompagné d’une boule de glace à la vanille et d’une sauce butterscotch. A la carte, vous avez aussi d’autres plats très savoureux comme du T-Bone de veau grillé avec une sauce au pesto de sauge et noisette, une entrecôte qui fond dans la bouche. Une mention spéciale à la côte de bœuf normande maturée 8 semaines rôtie au feu de bois pour garder la belle couleur rouge de la viande, elle  est accompagnée d’aligot frit (purée au fromage). Si vous n’aimez pas la viande rouge, pas de problème, au menu on trouve également de la volaille avec le schnitzel de poulet fermier (blanc de poulet frit servi avec du choux rouge et des pommes) et du poisson (espadon grillé).

Ribs au barbecue

Mac & Cheese

Mac & Cheese

Le dimanche, au Floyd’s c’est le jour du “Sunday Roast” (rôti du dimanche), un brunch très costaud pour les amateurs de viande. Pensez à contacter le restaurant au moins 2 jours à l’avance  afin que les cuisiniers puissent vous réserver la viande de votre choix (boeuf, porc, etc…). Il faut compter 18 euros pour cette formule.

Entrecôte

Entrecôte

Je vous conseille vraiment cette adresse à la fois pour l’originalité du lieu, mais aussi pour les très bons plats qui y sont servis. A tester entre amis ou en amoureux. Aucune déception n’est à prévoir, ni en termes de quantité et de qualité des plats et d’accueil du personnel.

Brownie au chocolat, boule de glace à la vanille

Brownie au chocolat, boule de glace à la vanille

 

Infos pratiques

Floyd’s Bar & Grill

11 rue d’Enghien – 75010 Paris

Tel : 01 44 79 05 52

Horaires : 19h30 – 02h00

Premier service de 19h30 à 20h30 et le second débute à 22h

 

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Le royaume du dürüm à Paris

Avez-vous déjà entendu parler du dürüm ? Le dürüm (à traduire littéralement par “enroulade” en turc) est un kébab dont le pain rond habituel est remplacé par une fine galette turque. L’objet de ce nouveau post sera donc le dürüm et plus particulièrement de la sandwicherie, Urfa Dürüm.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Située en plein cœur de la rue du Faubourg Saint Denis, le royaume des kébabs à Paris, je suis tombée complètement par hasard sur cette sandwicherie kurde. Chez Urfa Dürüm, on ne vous sert pas un vulgaire kebab gras, avec sa mayonnaise qui coule sur les doigts et une viande dont on n’arrive jamais à deviner la composition. Chez Urfa Dürüm vous n’aurez pas à vous poser toutes ses questions car tout (y compris le pain) est fait devant vous. Parler de “junk food” chez Urfa Dürüm ? Surtout pas. Vous y mangerez bien évidemment des dürüms et vous aurez le choix au niveau des viandes cuites en brochette (poulet, agneau ou boeuf). J’ai une préférence pour celui à l’agneau qui est juste délicieux. Le sandwich dont on sent les différentes saveurs est garni de roquette, laitue, tomates, oignons rouges et persil frais. Pas de mayonnaise-ketchup pour agrémenter le tout, juste un peu citron. Le dürüm se mange sans faim et j’en ai même mangé 2 sans culpabiliser car cela reste vraiment léger, d’autant plus que vous n’avez pas de frites en accompagnement. On valide donc si on fait un peu attention à sa ligne.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et si le dürüm ne vous suffit pas, Urfa Dürüm propose également des lahmacums, une fine galette aux herbes et aux légumes farcie à la viande hachée pour la modique somme de 2 euros seulement. Vous pourrez accompagner votre repas d’un verre de ayran, boisson à base de yaourt frais et d’eau salée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les sandwichs de chez Urfa Dürüm m’ont rappelé ceux que j’ai eu l’occasion de manger à Berlin, ville réputée pour ses kebabs car on y retrouve une très forte communauté turque. Alors si vous êtes dans le quartier du Faubourg Saint Denis, je vous conseille vraiment d’aller déguster ce fameux sandwich qui est vraiment délicieux. Promis, vous ne le regretterez pas.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Infos pratiques 

Urfa Dürüm

58 rue du Faubourg Saint Denis – 75010 Paris

Tel :01 48 24 12 84

ouvert  du lundi au samedi de 12h à 23h et le dimanche de 18h30 à 22h

Tarifs :  dürüm entre 6,50 et 8€ et lahmacum 2€

 

Share on FacebookTweet about this on Twitter

A la découverte de la Crète

Ceux qui me suivent régulièrement sur le blog savent à quel point j’ai eu un véritable coup de foudre pour la Grèce l’été dernier. Ayant très peu de vacances cet été mais recherchant tout de même une expérience dépaysante, j’ai donc absolument voulu retrouver cette atmosphère grecque qui m’avait tant plu l’année dernière. Et c’est sur l’île de Crète que j’ai décidé de passer mes vacances et je peux vous dire d’emblée que je ne regrette absolument pas mon choix.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Située entre l’Europe et l’Orient et face à l’Afrique, la Crète est la plus grande île des Cyclades avec une variété de paysages à couper le souffle. Vous vous délecterez à la fois des montagnes, de collines couvertes d’oliviers et de plus de 1 000 kilomètres de littoral avec une eau transparente. Bref un paysage impressionnant de carte postale à seulement 3h30 de Paris.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En Crète, chacun y trouvera son compte en fonction du type de voyage qu’il recherche. Des petits villages de pêcheurs, en passant par des hameaux perdus dans les montagnes ou encore les grandes villes comme Chania ou Heraklion, vous aurez de quoi faire en termes de visites. Côté gastronomie c’est tout simplement le paradis, je suis tombée sous le charme de la gastronomie crétoise. Les végétariens, les amateurs de poissons et les carnivores, tout le monde y trouve son bonheur : la salade crétoise (tomates, concombres, oignons rouges, poivrons, olives et fromage crétois), les dakos (pain durci aillé recouvert de tomates fraîches écrasées, d’olives et de feta), les chaussons fourrés comme les bougatsès (chaussons à la crème vanillé saupoudrés de cannelle) les tiropitès (chaussons fourrés à la feta), poissons et calamars grillés, sans oublier les grillades (agneau, volaille, porc, etc).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Malheureusement une semaine, c’est un peu court pour découvrir toute l’île, alors pour cette première fois, j’ai fait le choix de poser mes valises dans un Airbnb à Chania, la seconde plus grande ville de l’île après Heraklion, la capitale. De là, j’ai bougé en voiture pour visiter toute la partie ouest et sud-ouest de l’île. Alors voici mes quelques recommandations si vous prévoyez de visiter la Crète prochainement :

  •  L’incontournable randonnée dans les gorges de Samaria 

Même si le parcours est de 16km (13km de gorges et 3km pour rallier le village d’Agia Roumeli), pas besoin d’être extrêmement sportif pour tenter cette randonnée, même si je ne vous cache pas que mes jambes ont mis 2 jours pour s’en remettre. Cette randonnée est très réputée et s’effectue dans une zone déclarée parc national depuis 1962 et située dans les montagnes blanches dans l’ouest de la Crète. Un petit conseil avant d’entamer ces 16km, équipez-vous d’un petit pull pour le démarrage car il fait un peu froid au sommet, d’une bonne paire de chaussures (on oublie ses Stan Smith) car le chemin est extrêmement caillouteux et puis pensez à une collation et une bouteille d’eau que vous pourrez remplir tout au long du parcours. Et n’oubliez surtout pas votre maillot de bain car une belle plage vous attend à la fin du parcours. Pour rejoindre les gorges, si vous êtes sur Chania comme moi, un bus vous y emmène et le retour se fait en bateau, traversée pendant laquelle vous aurez l’occasion de voir de magnifiques paysages dont le petit village de Loutro. Et enfin le voyage se termine en bus pour rentrer à Chania. Prévoyez donc une journée entière si vous faîtes cette randonnée car il faut compter entre 5h et 7h selon votre rythme pour aller au bout de ce long périple, sans compter le trajet aller et retour.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

  • Le lagon de Balos 

Le lagon de Balos est un petit paradis, je n’ai jamais vu quelque chose de semblable, sauf peut-être en Thaïlande. Cette petite merveille se situe dans la presqu’île de Gramvoussa dans le nord-ouest de l’île, à environ une quarantaine de kilomètres de Chania. Qui aurait pu imaginer que l’on trouverait une plage pareille en Europe, avec du sable blanc fin et une eau d’un bleu translucide, on se croirait dans les Caraïbes. Cet ancien refuge de pirates est aujourd’hui très prisé par les touristes. Alors mon conseil est d’y arriver tôt le matin afin d’avoir un parasol et un transat et de profiter de la plage quand elle n’est pas encore peuplée. En effet dès le début de l’après-midi, la plage est envahie par une horde de touristes débarquant en bateau. Cette belle vue se mérite car on accède à la plage à pied après avoir laissé la voiture environ 2-3 kilomètres en amont. En revanche, je ne vous cache pas que le retour  est très difficile car cela grimpe énormément et je l’ai fait sous une chaleur écrasante.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

  • Les plages de Phalarssana

Phalarssana possède l’une des plus belles plages de la côte ouest crétoise. Il s’agit d’une baie composée de plusieurs plages. Il faut passer par Platanos pour s’y rendre et vous y verrez un super panorama pour contempler la mer. A éviter le week-end car beaucoup d’habitants de Chania viennent s’y baigner.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

  • Elafonissi

Je pensais avoir atteint le summum de l’émerveillement avec la plage de Balos. Mais mon émerveillement a atteint son comble en foulant le sable de la plage d’Elafonissi. Elafonissi se trouve à la pointe sud-ouest de la Crète. Si vous êtes basé à Chania, je vous conseille donc d’avoir une voiture et de prévoir une journée entière pour faire l’expédition jusqu’à Elafonissi. En effet, j’ai profité de cette petite virée pour faire un petit road trip en passant dans les petits villages de Sfinari, Afrotolaki et Livadia, dans les terres et en longeant la côte. Vous pouvez même vous payer le luxe de vous arrêter dans les petites criques aux eaux turquoises de la côte pour piquer une tête. Et si vous avez une petite faim sur la route, arrêtez vous pour un déjeuner tardif au restaurant Glykeria et savourez des délicieuses côtelettes d’agneau et une salade grecque tout en bénéficiant d’un magnifique panorama sur la mer. Maintenant revenons un peu sur Elafonissi, bien évidemment c’est très peuplé en été, mais la plage est tellement magnifique que le monde passe au second plan. Mais si vous voulez vraiment un peu d’intimité, avancez vers la gauche, vous y trouverez des criques plus tranquilles. A Elafonissi l’eau est idéalement chaude pour barboter des heures et si vous êtes un fan de windsurf, alors ce sera votre spot.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

  • La plage de Marathi 

Cette plage m’a été conseillé par l’hôte de mon Airbnb et c’est devenu mon spot pour me reposer les jours où je n’étais pas occupée à visiter la région. Située à environ 30 minutes de Chania, Marathi est une très belle plage de sable fin fréquentée majoritairement par les grecs, c’est donc la plage idéale pour éviter les autres touristes. Et si vous souhaitez vous restaurer, pas besoin de partir bien loin, vous y trouverez quelques tavernes qui servent de très bons plats. Pour les plus courageux, vous pouvez entamer une ballade sur les sentiers côtiers pour profiter des paysages entre terre et montagne.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je ne pouvais pas vous parler de la Crête sans évoquer sa gastronomie bien évidemment. Je n’ai jamais aussi bien mangé que pendant un voyage en territoire grecque. Voici donc mes quelques adresses pour manger du côté de Chania :

  •  Bougatsa lordanis : le lieu idéal si vous souhaitez un petit-déjeuner à base de bougatsa (feuilleté à la crème) pour le petit-déjeuner.
  • Semiramis : un restaurant très charmant dans une ancienne maison détruite avec une petite cascade au fond. Le tout fait un peu penser à une hacienda. Vous pourrez déguster des spécialités d’agneau à la crétoise, mais aussi des souvlakis (brochettes) entre autres. Le soir, vous avez un groupe qui joue de la musique traditionnelle grecque. J’ai eu un vrai coup de coeur pour cet endroit.
  • Tamam : une petite adresse au décor original car le restaurant est installé dans l’un des bassins d’un hammam turc. La cuisine est bonne et copieuse, vous pourrez y déguster de la viande d’agneau cuisiné dans une sauce tomate et du yaourt.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Voilà, j’espère que je vous ai donné envie de découvrir la Crête. En tout cas moi j’ai été complètement séduite par cette île (difficile de ne pas l’être) et j’ai qu’une hâte, c’est de découvrir le reste de l’île car une semaine c’est quand même trop court. Et puis je tiens à souligner l’extrême gentillesse et le sens de l’accueil des grecs qui vous font tout pour que vous vous sentez comme à la maison.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Waly-Fay, le restaurant africain qui vous invite au voyage

Peut-on parler de coup de foudre quand il s’agit de nourriture ? En tout cas, je me permets d’utiliser cette expression pour vous parler de ce que j’ai ressenti après avoir testé le restaurant africain le Waly-Fay. Manger là-bas a été un réel plaisir et une véritable découverte pour moi. Je me demande encore comment j’ai pu passer à côté de cette adresse située seulement à moins de 10 minutes à pied de chez moi.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ouvert depuis 1997 par Olivier Thimothée, un passionné de voyages, le Waly-Fay est pour moi l’une des meilleures adresses de spécialités africaines sur Paris. Qu’est-ce qu’on y mange ? Au menu, vous aurez droit aux plats traditionnels sénégalais, avec entre autres le fameux poulet yassa (poulet mariné aux oignons et citron vert), le mafé (boeuf ou poulet avec une sauce arachide), le thiep bou dièn (mérou de roche du Sénégal avec une sauce à base de mollusque et de poisson séché accompagné de riz rouge), des pastels (chaussons fourrés au poisson accompagnés d’une sauce tomate aux oignons). Le Waly-Fay ne propose pas que des spécialités sénégalaises, à l’image de son fondateur baroudeur, vous pouvez également y déguster des spécialités camerounaises comme le N’dolé (feuilles de n’dolé et arachides écrasés), des spécialités créoles comme les accras de morue, du boudin créole, ou encore un colombo d’agneau. Vous aurez également la possibilité de tester quelques plats d’inspiration “soul food” (cuisine du sud des Etats-Unis) avec le poulet à la noix de pécan servi avec des frites de patate douce ou encore la salade Bayou choux composée de crevettes, pamplemousse et de stilton bleu. Bref un mélange de saveurs qui ne pourra que vous dépayser. C’est Fatou Sylla, chef au sein du restaurant depuis le début et originaire de Saint-Louis au Sénégal, qui imagine et élabore toutes les plats du restaurant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Depuis l’année dernière, le Waly-Fay s’est étendu avec une annexe au numéro d’à côté, ouverte uniquement le midi du lundi au vendredi. Ici vous aurez l’occasion de déguster des spécialités africaines revisitées telles que le sauté de poulet mariné, aubergines, yaourt, ail et fromage fondu ou encore le filet de dorade, fondue de poivrons, lait de coco servi avec des frites de manioc.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tout cela dans une décoration contemporaine avec une bande son qui vous donnera envie de rester dans le restaurant toute la soirée. Côté boissons aussi rien n’est laissé au hasard, il y en a pour tous les goûts. Le jus de bissap et les cocktails sont excellents. Et je vous assure que ce n’est pas toujours le cas dans beaucoup de restaurants africains. Et puis l’accueil est très chaleureux, on s’y sent comme à la maison. Les serveurs nous ont même offert de la purée de piment à emporter chez nous car nous l’avions adoré. Alors si vous connaissez très peu la gastronomie africaine ou tout simplement que vous en soyez fan alors le Waly-Fay est l’adresse idéale pour passer un bon moment entre amis. D’ailleurs, vous avez même la possibilité de prendre à emporter si vous commandez par téléphone en début de service entre 19h et 20h.

 

Infos pratiques  

Waly-Fay

6 rue Godefroy-Cavaignac

75011 Paris

Ouvert à midi du lundi au vendredi de 12h à 15h

Tous les soirs, de 19h à 02h du matin

Tel : 01 40 24 17 79

 

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Cantine California, du food truck au restaurant

Cette semaine sur le blog je reviens à mon sujet culinaire favori : le burger. Ok, je vous entends déjà dire que c’est l’été, qu’il faut faire attention à sa ligne pour la plage et que de toute évidence il fait trop chaud pour manger des burgers. Moi je dis qu’il n’y a pas de saison pour déguster un bon burger comme celui de Cantine California.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je suis complètement tombée sur le charme de cette adresse. Cantine California est à la base un food truck qui sillonne les rues de Paris depuis 2012, proposant des burgers, des tacos et des desserts faits maison. Cantine California fait partie des pionniers des food trucks à Paris avec Le Camion qui Fume. Au printemps 2014, Cantine California succombe à la tendance de la sédentarisation des food trucks en ouvrant son restaurant rue de Turbigo au même titre que Le Camion qui Fume, Le Refectoire ou encore le Freddie’s Deli.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A la tête de Cantine California on retrouve Jordan Feilders, un américano-canadien originaire de San Francisco et marié à une française. Il nous régale avec des recettes classiques californiennes. Vous y dégusterez par exemple des tacos (bœuf ou poulet) et vous aurez droit à une carte de burgers bien alléchante. Personnellement j’ai craqué en entrée pour le poulet frit “Cali style”, sorte de nuggets servis avec une sauce maison légèrement épicée à tomber. Côté burgers, je n’ai pas pu me résoudre à faire le choix entre le “El Amante burger” (poulet, gouda, piment, avocat, oignons, chipotle mayo) et le “The Dude” (viande de boeuf, beaufort, bacon bio, oignons caramélisés et poivrons rouges grillés), un vrai délice !  Vous vous imaginez qu’avec tout cela, je n’ai pas pu tester les desserts alors que des cookies, des cupcakes et des brownies faits maison me faisaient de l’oeil depuis le comptoir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Chez Cantine California, les recettes sont élaborées tous les jours à base de produits bio. Les buns pour réaliser les burgers sont fournis par un artisan boulanger et les viandes certifiées bio proviennent directement des producteurs français et les frites sont faites maison bien évidemment. Bref chaque plat est fait à base de produits de qualité et cela se ressent au goût. Par ailleurs, vous pouvez voir le cuisinier préparer les plats devant vous car la cuisine est ouverte sur la salle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Niveau décoration c’est assez minimaliste et épuré. De longues tables et bancs en bois brut qui favorisent de la proximité entre les clients. L’ambiance conviviale est garantie. Si vous voulez goûter un burger à la mode californienne, vous trouverez votre bonheur chez Cantine California.

 

Infos pratiques

Cantine California

46 rue de Turbigo – 75003 Paris

Du lundi au vendredi : 11h30-15h00 et 19h00-22h30

Samedi : 11h30-15h30 et 19h00-22h30

Dimanche : 11h30-15h30 et 19h00-22h00

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Le Daily Syrien, marchand de journaux et de falafels

Sur le blog cette semaine, on met le cap vers l’Orient et plus particulièrement vers le 10e arrondissement pour vous faire découvrir un marchand de journaux bien particulier, le Daily Syrien.

J’ai voulu m’attarder sur ce lieu atypique parce que je ne connaissais pas du tout la gastronomie syrienne, mais c’est également l’occasion de montrer que la Syrie, c’est n’est pas seulement ces images terribles de réfugiés et de guerre que les médias nous montrent. Sur le blog, je mets toujours un point d’honneur à vous faire découvrir un Paris cosmopolite à travers la gastronomie ou des événements culturels. Revenons donc au Daily Syrien. C’est complètement par hasard que j’ai découvert cette adresse, en déjeunant à la terrasse de mon restaurant de burgers préféré PNY, rue du Faubourg-Saint-Denis, pile en face du Daily Syrien.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Situé au cœur de la rue du Faubourg-Saint-Denis, rue dans laquelle vous trouvez de nombreux restaurants orientaux, le Daily Syrien se démarque par son concept unique. En effet, le lieu fait à la fois office de marchand de journaux et de traiteur. Le Daily Syrien c’est d’abord l’histoire d’Ahmad Al Bittin, débarqué de Syrie il y a 20 ans alors qu’il était tout juste âgé de 20 ans. Il est aujourd’hui considéré comme le pilier de la communauté syrienne de Paris. Ahmad a eu l’idée de monter ce lieu car il avait tout simplement du mal à retrouver le goût des falafels de son enfance. Ici il propose une cuisine inspirée des recettes de sa mère.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au Daily Syrien, tout est cuisiné à base de produits frais. Il n’y a pas de stock, chaque plat est cuisiné plusieurs fois par jour pour garantir la fraîcheur des produits. Ici vous trouverez tous les plats classiques orientaux à manger sur le pouce : des falafels, du houmous, des feuilles de vigne, du taboulé, des kebbes, en passant par le caviar d’aubergine et les chawarmas épicés (sandwichs à base de boeuf ou de poulet). Et les pâtisseries sont excellentes, d’autant plus que je ne suis vraiment pas trop fan des douceurs orientales car je les trouve trop sucrées. Mais ici le miel est savamment dosé, ce qui rend la pâtisserie moins écœurante. Tout ceci à des prix qui ne feront pas de mal à votre porte-monnaie. A quelques pas de là, rue des Petites Ecuries, Ahmad a ouvert la version bistrot du Daily Syrien au cas où vous pourrez vous installer plus longuement pour manger.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vous l’aurez compris, en plus de déguster ces douceurs syriennes, vous pouvez repartir avec votre journal préféré. Alors je vous conseille d’aller profiter de ces bonnes petites choses, vous aurez en plus droit à un accueil très chaleureux !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Infos pratiques 

Le Daily Syrien 

55 rue du Faubourg-Saint-Denis – 75010 Paris

Du dimanche au mardi de 09h00 à 18h00

Du mercredi au samedi de 09h00 à minuit

falafels : 3,50 €

sandwichs : 6 €

Patisserie : de 1,50 à 2,20 €

Menu (sandwich, barquette et boisson) : 10 €

Share on FacebookTweet about this on Twitter

1 2 3 4 7